Les archives en ligne

Chaque centre d’archives se concentre sur un territoire qui le définit, mais il arrive parfois qu’il ne soit pas seul à posséder des documents sur cette région. Dans notre cas, c’est à Bibliothèque et Archives nationales du Québec que l’on retrouve le plus de photographies ou des documents textuels sur la région (un peu plus de 2000 résultats), dont quelques-uns sont accessibles en ligne ! En voici des exemples.

Documents

La majorité des résultats de recherche à propos de Sorel concernent des documents textuels, soit à partir de dossier ou de pièces. En général, c’est dans la fiche descriptive que l’on trouve les informations sur la quantité des documents, leur contenu et parfois, l’historique du versement à BAnQ. La greffe de Sorel dans les dossiers de la Cours supérieure en est un bon exemple[1]. Tout d’abord, sa consultation se fait selon les informations disponibles dans la fiche proposée du dossier. Si cela est possible, on peut réquisitionner des documents pour les consulter sur place à une date précise. De cette greffe[2], on pourrait s’intéresser à plusieurs éléments : aux dossiers en lien avec le bureau du shérif, les ratifications des titres, l’administration judiciaire ou les élections contestées.  

Cahier de notes de Jean-François-Régis Latraverse, médecin à Sorel

Dans quelques cas, il est possible de consulter les documents en format numérique : retranscriptions dactylographiées à un ensemble d’examens et de rapports à propos de l’organisation de rébellions en 1838 à Sorel. L’une de ces pièces a d’ailleurs été le sujet d’un article du blogue de BAnQ, le « Cahier de notes de Jean-François-Régis Latraverse, médecin à Sorel »[3]. Né à Sorel en 1853, il est le fils d’Olivier Latraverse, cultivateur, et d’Angèle Lavallée. Il termine ses études à l’Université Laval en 1876 et s’installe à Sorel par la suite. Il y exerce son métier avant de décéder subitement en 1915, à l’âge de 62 ans[4].

Les 320 pages du carnet sont la compilation des observations du docteur Latraverse, plus ou moins entre 1880 et 1895[5]. Il y note les naissances, les mariages et décès des Sorelois de cette période, ainsi que les détails sur leur maladie, leur mort et la participation d’autres médecins sur ces patients. Comme le note Rénald Lessard dans son article[6], on retrouve des notes du genre : « Décès … A Sorel le 31 Janvier [1881], madame Selby, séparée d’avec son mari, et vivant en concubinage avec le Dr Johnstone. Elle meurt chez le Dr.[7] ». Ou encore :

Décès. A Sorel le 2 [mars 1885], dame L. S. Robitaille, (née Marie Louise Laura Boucher) meurt d’une gastro entérite. Elle était accouchée 7 jours avant. Elle a des vomissements incoercibles qu’on ne peut contrôler. C’est ma patiente. J’ai le Dr Johnstone en consultation. Elle est inhumée le 4. Je précède le corbillard. Les dames de charité, bannière en tête, précède le corbillard en procession. Les porteurs des coins du poële [drap funéraire] Sont Pierre (col) Guevremont», Alfred Guevremont, J B. A Falardeau, W. L. Desy. Ils étaient mariés il y a 13 mois le 22 janvier 1884.[8]

Carnet de notes de Jean-François-Régis Latraverse.
BAnQ, « Cahier de notes de Jean-François-Régis Latraverse, médecin à Sorel », Fonds Famille Hector Langevin, P134, S2, D1.

Comme le souligne Lessard, les commentaires du docteur Latraverse font de ce carnet une source locale unique de la fin du XIXe siècle[9].

Images et cartes

Parmi les autres résultats disponibles sur le moteur de recherche, on note la présence d’enregistrements sonores, de films (des « images en mouvement »), de dessins d’architectures ou d’autres images fixes. À cela s’ajoutent les photographies (ou plus largement des documents iconographiques), ainsi que des cartes et les plans, qui sont utilisés régulièrement lorsqu’il est question du développement urbain de Sorel.

Par exemple, l’Atlas déposé par Henry Whitmer Hopkins en 1880 fait partie des « plans » qui peuvent se révéler bien utiles. Créée à partir des informations cadastrales et des sondages réalisés sur le terrain, Hopkins relève une Cité de Sorel illustrée en couleur, accompagnée des paroisses et des villages de la région[10].

À cela s’ajoute l’utilisation de photographies est aussi une façon pour comprendre les mœurs et le développement économique et urbain de Sorel au cours du XIXe et XXe siècle. Parmi les premiers éléments proposés par le moteur de recherche, on retrouve surtout des bâtiments caractéristiques de la région, comme le Mont-Saint-Bernard ou l’ancien palais de justice. En voici une petite sélection :

Fonds La Presse (BAnQ, P833,S3,D986)

Fonds Armour Landry (BAnQ, P97,S1,D7702-7702)

Rue Roi de Sorel, 1965.
« Rue commerciale de Sorel avec un magasin Zeller’s », vers 1965.

Collection Félix Barrière (BAnQ, P748,S1,P2420)

Le monastère des Franciscains de Sorel.
« Monastère des Franciscains de Sorel »

Fonds Ministère de la Culture et des Communications (BAnQ, E6,S7,SS1,P24313)

L'arrière du palais de justice de Sorel.
« Façade arrière du Palais de justice et la prison de Sorel »

Fonds Ministère de la Culture et des Communications (BAnQ, E6,S7,SS1,D682738-682744)

Inauguration du pont Maurice-Martel en 1968, alors surnommé le pont neuf.
En 1968.

Fonds Ministère de la Culture et des Communications (BAnQ, E6,S7,SS1,P9262)

Ruisseau du Marais en 1939.
Ruisseau du Marais en 1939.

Conclusion

Dans cette présentation des archives disponibles à Bibliothèque et Archives nationales du Québec, la ville de Sorel est mise de l’avant, mais il serait tout autant possible de chercher des informations sur les villages du Bas-Richelieu[11]. Tout dépend de ce que vous cherchez !


[1] BAnQ, « Greffe de Sorel, 1858-1993, 1996, 2001, 2011 », URL : https://advitam.banq.qc.ca/notice/706834?state=eyJzZWFyY2hTdGF0ZSI6eyJwYWdlIjoyLCJzZWFyY2hUeXBlIjoiU0lNUExFIiwic2VhcmNoUGFyYW1zIjp7ImNyaXRlcmlhIjpbeyJuYW1lIjoidGV4dE5ldHRveWUiLCJzb2xyU2VhcmNoVHlwZSI6IkNPTlRJRU5UX1RPVVNfTEVTX01PVFMiLCJ2YWx1ZSI6IlNvcmVsIiwib3BlcmF0b3IiOm51bGx9LHsibmFtZSI6ImNvdGVDb21wbGV0ZSIsInNvbHJTZWFyY2hUeXBlIjoiQ09URV9JTkZFUklFVVIiLCJ2YWx1ZSI6IlNvcmVsIiwib3BlcmF0b3IiOiJvdSJ9XSwiY29kZXNDZW50cmVBcmNoaXZlIjpbXX19fQ&navFonds=true (Consultée le 23 mai 2022)

[2] Il existe plusieurs entrées du même nom dans Advitam, le moteur de recherche par BAnQ. Par exemple, on peut chercher dans les greffes du Banc du Roi/de la Reine, de la Cour de circuit, de la Cour provinciale ou de la Cours de session de paix. Chacune d’entre elles couvrent une période ou des obligations différentes.

[3] Rénald Lessard, « Vitrine exceptionnelle sur Sorel à la fin du XIXe siècle : le cahier de notes du médecin Jean-François-Régis Latraverse », URL : https://blogues.banq.qc.ca/instantanes/2017/12/27/vitrine-exceptionnelle-sorel-a-fin-xixe-siecle-cahier-de-notes-medecin-jean-francois-regis-latraverse/ (Consultée le 23 mai 2022)

[4] Ibid.

[5] BAnQ, « Cahier de notes de Jean-François-Régis Latraverse, médecin à Sorel », URL : https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3267316?docref=PxMEVon4LrP4TBYA68recQ (Consultée le 23 mai 2022)

[6] Lessard, Op. cit.

[7] Ibid.

[8] Ibid.

[9] Ibid.

[10] BAnQ, « Atlas of the town of Sorel and county of Richelieu, Province of Quebec from actual surveys, based upon the cadastral plans deposited in the office of the Department of Crown Lands », URL : https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/2244118?docref=_cL9IRwlFGc2yI2WtmQnfA (Consultée le 23 mai 2022)

[11] Index des registres de Saint-Robert (https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/archives/52327/3912727), Photographie de Yamaska en 1992 (https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3156550?docref=bml5aHwrkttUixjvlbskZQ), de même en 1980 pour Saint-Aimé, Saint-Louis, Saint-Robert, Yamaska (https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/archives/52327/3155509?docref=rpj-4Q9gKBLNgPJj4x1rlQ) ou encore le moulin coopératif de Saint-Aimé (https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/archives/52327/3032718).


Image de présentation: BAnQ, « Saint-Joseph-de-Sorel », P547,S1,SS1,SSS1,D542.

Catégorie(s) : Archives

Une réaction sur “Les archives en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

un × 3 =